Les joueuses averties contre le dopage

L'UEFA a sensibilisé les joueuses de l'EURO féminin des moins de 19 ans sur deux domaines clés : dopage et trucage de matches.

Graham Peaker et l'équipe de France
Graham Peaker et l'équipe de France ©Sportsfile

Le Championnat d’Europe féminin des moins de 19 ans de l’UEFA offre aux jeunes joueuses les bases d’une phase finale majeure et l’UEFA fournit un contenu éducatif supplémentaire avec des présentations sur le dopage et le trucage de match pour les huit équipes présentes en Israël.

Antidopage : méfiance
Mike Earl, chef de projet antidopage et médical auprès de l’UEFA, a parlé des dangers liés à la prise de substances interdites, que ce soit intentionnellement ou par accident. "Mon objectif est simplement que vous évitiez de tomber dans des pièges", a-t-il expliqué. "Nous voulons vous avertir et vous protéger, vous faire prendre conscience. Nous sommes ici pour vous aider."

Le processus de contrôle antidopage a été présenté aux joueuses par le biais d’une vidéo du quart de finale de l’UEFA EURO 2012, Angleterre-Italie. Le refus de fournir un échantillon, la falsification d’un échantillon ou un mauvais comportement lors du contrôle antidopage sont des violations au règlement. Les joueuses ont discuté des différentes raisons du contrôle antidopage avant qu'Earl ne réitère le besoin de toujours vérifier les médicaments pris, qui peuvent être différents d’un pays à l’autre, et dont la liste interdite change chaque année.

Au cœur du programme antidopage de l'EURO
Au cœur du programme antidopage de l'EURO

Même son de cloche pour ce qui est des dangers liés à la prise de compléments. Des études ont démontré que de nombreux athlètes y recourent, mais Earl a préféré mettre les jeunes footballeuses en garde. "On ne peut jamais être sûrs à 100 % de ce qu'on prend." On peut être conseillé, mais aucune garantie n'est jamais donnée. Si un joueur est contrôlé positif après avoir consommé des compléments et qu'il est suspendu, quand bien même il se serait préalablement renseigné sur le produit en question, il sera considéré seul responsable de ses actes. "Si vous devez en utiliser, cherchez toujours à limiter les risques au maximum."

©Sportsfile

Un quiz antidopage a ensuite eu lieu au quartier général du tournoi à Herzliya. De nombreuses joueuses ont répondu à dix questions en l’espace de trois minutes, celles obtenant neuf ou plus étant sélectionnées pour un tirage au sort décidant de la lauréate d’un iPad mini.

Voici l’une des questions en guise d’exemple : Si un joueur professionnel est contrôlé positif, peut-il remettre la faute sur son médecin pour éviter d'être suspendu ? (*réponse ci-dessous)
a) Oui
c) Non

Trucage de match : carton rouge à vie
"L’UEFA surveille de près le marché des paris : nous savons si un match a été truqué", prévient Graham Peaker, membre de l’Instance d’appel de l’UEFA, tandis qu’il discutait des dangers de ce qui est désormais un problème mondial. Plus de 500 milliards d’euros sont misés sur le football chaque année et le système de détection des fraudes sur les paris de l’UEFA contrôle des milliers de rencontres annuellement. Les joueuses ont d'ailleurs eu droit à une démonstration des comportements susceptibles de trahir un trucage de match lors de la première journée de compétition.

Peaker a décrit les trois étapes principales mêlant les joueurs, les entraîneurs, les clubs et les arbitres, et évoqué quelques exemples récents. Les joueuses participant à l'EURO M19 ont ensuite été invitées à appliquer les trois R pour ne pas tomber dans le panneau :
a) Reconnaître ce qui se passe ;
b) Refuser de participer ;
c) Rapporter ce type de comportement au +800 0001 0002, à la Plateforme d’intégrité de l’UEFA ou en utilisent l'application d'intégrité de l'UEFA.

Dans le cas contraire, les conséquences sont dévastatrices, a prévenu Peaker. "Vous hériterez d'un carton rouge à vie."

 

* b) Non