Les M17 parlent antidopage

Les joueurs des huit équipes présentes au Championnat d'Europe des moins de 17 ans de l'UEFA ont reçu un cours sur les dangers du dopage dans le football, comme il est de coutume dans tous les tournois de jeunes.

Le Dr Mogens Kreutzfeldt et Mike Earl, membres du panel antidopage de l'UEFA, ont donné des conseils précieux à tous les joueurs des huit équipes présentes au Championnat d'Europe des moins de 17 ans de l'UEFA au Liechtenstein. Les séances, qui sont dispensées à tous les tournois de jeunes de l'UEFA depuis 2005, permettent de sensibiliser les jeunes sur les dangers du dopage pour la carrière et la santé des joueurs.

Une discussion d'une heure a permis d'expliquer les conséquences d'être reconnu coupable de dopage et de faire passer le message selon lequel tous les joueurs sont responsables individuellement de s'assurer qu'ils ne violent aucune règle antidopage.

M. Earl a insisté sur le fait qu'un délit de dopage ne consistait pas seulement à détecter des substances illicites dans votre système. Le refus d'être testé, interférer dans le processus et donner une substance interdite à un coéquipier constituent des délits passibles d'une suspension pouvant aller jusqu'à deux ans.

Un DVD d'explication, qui montre les procédures antidopage de l'UEFA, décrit le nombre croissant de produits dopants et explique aux joueurs ce qu'ils doivent faire s'ils sont testés.

Si on lui demande de fournir un échantillon, le joueur doit rester à côté d'un chaperon après un match ou une séance d'entraînement et ne peut pas se rendre dans le vestiaire. L'année dernière, une règle a été modifiée et les joueurs doivent maintenant fournir un échantillon de 90 ml (au lieu de 75 ml) présentant une "gravité spécifique" convenable pour s'assurer qu'il n'est pas trop dilué.

Ces procédures ont été mises en place par l'Agence mondiale antidopage (AMA) qui publie la liste des substances interdites dans le sport, dont la détection peut entraîner une sanction. Il est possible d'obtenir des certificats médicaux d'exemption mais ceux-ci doivent être approuvés avant que le joueur puisse prendre la substance se trouvant sur la liste de produits interdits.

Les joueurs doivent demander conseil au médecin de l'équipe s'ils ont un doute sur la légalité d'une substance mais il est important de rappeler qu'ils seront les seuls responsables en cas d'illégalité.

Dr Kreutzfeldt est satisfait de savoir que les joueurs comprennent que l'usage de substances interdites peut menacer leur carrière. Il a rappelé aux moins de 17 ans qu'un footballeur professionnel doit se souvenir qu'il ne peut pas prendre des médicaments librement, comme du sirop contre la toux, à moins qu'il ne soit absolument certain qu'il ne contient aucune substance de la liste de l'AMA, et qu'il doit faire extrêmement attention avec les compléments alimentaires. Qu'elle ait été ingérée volontairement ou non, une substance interdite entraînera des sanctions.