Les M17 sensibilisées au dopage

Les quatre équipes du Championnat d'Europe féminin des moins de 17 ans de l'UEFA ont été averties des dangers du dopage et de ses conséquences sur leur carrière, même en cas de prise non intentionnelle.

Les dangers du dopage sur la carrière prometteuse des jeunes joueuses de l'EURO féminin M17 ont fait l'objet d'une séance d'information en Suisse. Au cours de cet exposé d'une heure, elles ont appris à connaître les différentes facettes de la campagne de lutte contre le dopage menée par l'UEFA, ainsi que la procédure des contrôles antidopage effectués dans toutes les compétitions de l'UEFA.

Le président du Panel antidopage de l'UEFA, Jacques Liénard, et Richard Grisdale, de l'unité antidopage de l'UEFA, ont livré ces explications devant une équipe de République d'Irlande attentive et accompagnée de son équipe technique. Des séances d'information sont organisées dans le cadre de toutes les phases finales des tournois junior de l'UEFA, car les jeunes joueurs et joueuses sont particulièrement vulnérables aux problèmes liés au dopage et substances diverses. Plus ils sont conseillés tôt, plus il leur sera facile d'éviter tout problème.

Richard Grisdale a présenté une vidéo illustrant la procédure de contrôle antidopage à l'UEFA EURO 2008 en Autriche et en Suisse, puis un message de la star brésilienne Ronaldinho mettant en garde contre les dangers du dopage. "Lorsque vous prenez certains médicaments, comme un sirop contre la toux acheté sans ordonnance, ou si vous achetez des suppléments nutritionnels sur Internet, cela peut provoquer un test positif", avertissait Grisdale. "Comme vous êtes des sportives, vous n'êtes pas considérées comme des personnes 'normales' : vous êtes des athlètes de haut niveau. Certaines choses vous sont interdites, alors qu'elles sont autorisées à d'autres personnes. Vous devez faire particulièrement attention. Si vous êtes prises, vous n'aurez aucune excuse."

Grisdale a expliqué les différentes infractions et le code de l'Agence mondiale antidopage (AMA), ainsi que la liste des substances interdites de l'AMA. "Si vous prenez une substance interdite, vous pouvez être suspendues pour un temps assez long", dit-il. "Vous ne pouvez pas refuser un contrôle, même si vous êtes sélectionnées dix fois de suite. Il ne faut pas encourager ou aider une personne, ou couvrir quelqu'un qui prend quelque chose."

Jacques Liénard a expliqué aux joueuses que certains médicaments, en vente libre en pharmacie, peuvent contenir des substances dopantes. Il a souligné qu'il y avait même des paquets de deux types de comprimés : une couleur sans risque et l'autre risquée.

Il a mis l'accent sur les dangers des drogues récréatives comme le cannabis et la cocaïne :  "Vous pourriez avoir prendre quelques bouffées à une fête mais la substance peut rester dans votre corps pendant un temps très long et, si vous êtes testées, vous rendre positives". L'UEFA a enregistré un certain nombre de cas positifs liés aux drogues récréatives lors des tournois des jeunes ces dernières années.

En plus de prendre soin de ne pas commettre une infraction (intentionnelle ou non) les joueuses irlandaises et toutes les joueuses qui espèrent réussir ont été priées de communiquer avec les médecins d'équipe en cas de doute. "Il suffit de demander", ont déclaré Jacques Liénard et Richard Grisdale en clôture de la séance. "Ce serait dommage de faire une erreur dans ces conditions."