Lutter contre le dopage pour 2016/17

La lutte contre le dopage se renforce à l'UEFA pour la saison 2016/17. Les joueurs sont prévenus des conséquences de leurs actes.

©Sportsfile

À l'occasion de la nouvelle saison, l'UEFA transmet un message aux joueurs : prendre des substances interdites peut valoir de lourdes peines.

Les clubs participant à l'UEFA Champions League cette saison et à l'UEFA Europa League ont reçu des informations sur les conditions de la lutte contre le dopage menée par l'UEFA, lors d'ateliers à Monaco, le mois dernier.

Après une introduction réussie la saison dernière, l'UEFA va continuer à appliquer la méthode du passeport biologique pour la détection d'anomalies stéroïdiennes et sanguines. Le passeport permet de surveiller les joueurs au fil du temps, ce qui peut révéler les effets du dopage.

En outre, l'UEFA va poursuivre la coordination du programme de test des joueurs participant à ses compétitions en collaboration avec les agences nationales antidopage qui ont signé un accord avec l'UEFA.

"L'utilisation de la base de données de l'AMA, ADAMS, permettra de centraliser les informations de tests. La collaboration avec les agences assure que l'UEFA ait une vision exhaustive des tests antidopage effectués sur les joueurs au niveau national et international", a déclaré le responsable de l'antidopage et du médical de l'UEFA Marc Vouillamoz.

"Grâce à ces informations, l'UEFA peut calibrer son propre programme de test, car elle a connaissance de la fréquence des dates auxquelles les joueurs et les équipes sont testés en Europe et à travers le monde."

Les prévisions pour 2016/17 reposent sur le programme de test complet mis en œuvre lors de l'UEFA EURO 2016. Avant et pendant le tournoi en France, l'UEFA a coopéré étroitement avec les agences nationales des pays qui ont pris part au tournoi.

Dorénavant, l'objectif sera de continuer à mettre en œuvre un système efficace, dissuasif et un programme de contrôle rationnel avec les agences européennes.

En plus des 2 242 échantillons prélevés dans le cadre du programme de test de l'EURO 2016, où aucun cas positif n'a été signalé, l'UEFA a recueilli un total de 2 542 échantillons dans ses autres compétitions de clubs et de l'équipe nationale pendant la saison 2015/16.

Trois joueurs ont été sanctionnés pour dopage par les instances disciplinaires de l'UEFA. Dans deux cas, les joueurs en question ont reçu des suspensions de quatre ans. Un cas est actuellement en instance de jugement au Tribunal arbitral du sport, que le joueur ayant fait appel de la décision de l'UEFA - tandis qu'un autre joueur a reçu une suspension de six mois.

Sur les 2542 échantillons, 1808 ont été recueillis en compétition et 734 hors compétition, dont 415 et 802 analyses d'EPO. Tous ces tests ont été négatifs.